La rentrée et le mois de septembre me semblent déjà tellement loin et pourtant c’était hier. 
J’ai commencé “une nouvelle vie” en tant qu’entrepreneuse et même si j’y étais préparée il y a des hauts et des bas. En grande impatiente que je suis, cette vie tant attendue m’a aussi apporté son lot de complications.
Changer de vie c’est bien et c’est un réel challenge pour moi et ça demande quelques ajustements.

Humeur générale, nouvelle vie d'entrepreneuse mon amie

Avec la rentrée, j’avais plein de belles idées et une organisation militaire… Bon, j’ai eu du mal à la tenir parce que j’ai un peu tendance à me disperser et que cette nouvelle vie d’entrepreneuse c’est aussi un rythme à apprivoiser. 
J’avais envie de me remettre au batchcooking, je vous en parlais ici, bon j’ai un peu repris la cuisine, mais on n’est pas non plus chez Bocuse! 

Par contre, j’ai réussi à remettre une activité physique dans ma vie, cette semaine j’ai testé un cours de danse, du ragga précisément. Ce cours c’est tout ce que j’aime; de la bonne humeur, des rires, de la musique trop cool. Je suis ravie d’être sortie de ma zone de confort et d’avoir tenté ce cours et c’est grâce à Julia que j’y ai mis les pieds. 
D’ailleurs si vous ne la connaissez pas, elle tient le blog Toulon by Julia et franchement cette fille est pleine de bonne humeur. C’est exactement le genre de mood que je voulais autour de moi. Ce cours me permet de reprendre une activité que j’adore (oui, je suis une reine du dancefloor) et en plus de me vider la tête pendant 1h. Ça fait plusieurs années que je fais de la danse, soit seule soit en couple. Apprendre des danses de couple m’a permis d’apprendre le lâcher-prise, moi qui suis souvent dans le contrôle et l’organisation au début c’était une torture. Et puis j’ai appris à faire confiance à mon partenaire et à me laisser guider, d’ailleurs pour la prochaine saison de Danse avec les stars je suis prête! 

Boulot, l'impatience est mon pire ennemi

Alors je vous en ai déjà parlé dans le dictionnaire de ma vie, c’est d’ailleurs le premier mot de cet article “impatience”. Je suis une grande impatiente, ça n’est un secret pour personne dans mon entourage, mais quand on entreprend il faut apprendre la patience! Alors là aussi c’est un réel exercice de style parce que je crois tellement en mon projet que je veux que ça marche tout de suite. 
Donc j’essaye de me raisonner et de me dire que tout arrivera quand ça sera le moment et que même si je suis une professionnelle hors pair, le monde va mettre un peu de temps à s’en apercevoir. 
Depuis que je suis en création je me suis intéressée à des parcours d’entrepreneurs et croyez-moi, certains vous vendent du rêve. Ces belles histoires ont un effet très pervers.  D’abord, ça vous fait croire que si vous n’appliquez pas leur recette vous allez échouer et ensuite que le chemin de l’entrepreneuriat est facile. 
Grosse erreur, pour développer une entreprise alignée avec vos valeurs il faut travailler longtemps et voir loin. Maëlane a écrit un article que j’ai beaucoup aimé sur le “Pourquoi”, parce qu’avant de se lancer il faut savoir pourquoi on se jette dans l’entrepreneuriat. Alors, quand parfois mon impatience me joue des tours je repense à mon “pourquoi”. Toutes ces belles raisons qui me sont propres et qui m’ont poussé à me lancer dans cette nouvelle vie d’entrepreneuse. 
Mon “pourquoi” est simple, je veux créer des voyages sur mesure sans que les clients aient besoin de casser leur tirelire, le tout avec un carnet de voyage personnalisé! Voilà, ce que je veux faire parce que c’est ce que j’aime. Passer du temps à parler avec mes clients de leurs envies, de leurs attentes, et trouver les prestations qui rendront leur voyage unique ça me passionne. 

Cette nouvelle vie d’entrepreneuse m’apprend aussi à ne compter que sur moi et mon avis. Là aussi, je me fais violence pour prendre énormément de recul. Je fais partie de ces personnes qui demandent l’avis des autres, parce que pour mon business je ne prends pas de décisions sur un coup de tête. Et parfois, je me dis que je devrais “faire” et en parler après parce que les gens ne sont pas toujours bienveillants dans leur façon de te “conseiller”. Je vous ai déjà parlé de ça, mais force est de constater que ça ne m’a pas servi de leçon. 
Alors, je vais m’efforcer de travailler dans mon coin et de ne solliciter que des gens qui ont un avis réellement objectif et une connaissance suffisante pour m’aider.

Bref, qui dit nouvelle vie, dit changements et donc adaptation. Alors, je ne lâche pas l’affaire parce que vraiment je pense avoir fait le bon choix en créant ESEV.

La photo de l'humeur de blogueuse du 04.10.2019

Je ne sais pas pour vous, mais il y a des choses que je pourrais regarder sans jamais m’en lasser. Les couchers de soleil en font partie, celui-ci j’ai pu l’admirer dans le jardin de mes beaux-parents dans le Vaucluse. Chaque soir, je suis sortie pour le regarder même si mon mari trouve qu’ils se ressemblent tous, pour moi ça n’est pas le cas. Chaque coucher de soleil est unique et m’émerveille.

Cet article m'a tant plu

Depuis quelques semaines, j’ai repris mon journaling, je vous en ai parlé plusieurs fois déjà. Je me suis fait un cahier que je remplis de ce qui se passe dans ma vie nouvelle vie d’entrepreneuse. Ça me permet les jours de coup de mou de voir que je fais énormément de petits pas depuis quelques mois. J’apprends dans des domaines totalement inconnus, je rencontre des gens passionnants et j’ai envie de conserver une trace de tout ça. Bref, tout ça pour vous dire que j’ai découvert l’article de Manayin sur sa déco de bullet journal pour octobre. J’aime énormément son univers et les couleurs qu’elle utilise me parlent toujours, du pastel, des couleurs douces. Le bullet journal j’ai essayé, mais je n’ai pas accroché pourtant j’adore suivre ce qu’elle propose, rien que pour la beauté de ces créations.

Vie de femme, ma nouvelle vie d'entrepreneuse m'a ouvert les yeux

Avec cette nouvelle vie dont je vous parle depuis le début de cet article j’ai vu des gens s’éloigner. Parce que je le sais, j’ai moins de temps pour la vie sociale ou les sorties. Pourtant, je pensais pouvoir compter sur certaines personnes et qu’elles seraient des soutiens précieux. Je le dis souvent je suis quelqu’un de sauvage, mais si je laisse quelqu’un entrer dans ma vie, j’ai du mal à voir que cette personne ne donne pas autant que moi dans notre relation. Personnellement, je laisse les gens faire leurs choix et si je n’en fais plus partie je laisse partir. Aujourd’hui, je relativise, les amitiés peuvent durer toute la vie ou quelques années, j’apprends à accepter de me défaire de certaines personnes. Et puis, si nos chemins doivent se recroiser un jour c’est que la vie en aura décidé ainsi. 

La musique du moment

Et vous le mois de septembre ça a été ?

13 commentaires

  1. Etant moins aussi entrepreneuse, je confirme que ce n’est pas toujours facile, pour prendre le bon rythme. S’entourer de personnes positives et qui comprennent ce qu’on fait, c’est très important, car on a besoin d’être soutenu(e) dans son projet, surtout que c’est rare que ça décolle tout de suite.

    On doit tester beaucoup de choses avant d’y arriver, se créer un réseau pour se faire connaître, se former etc… C’est très chronophage, surtout au début. Mais c’est aussi super enrichissant, surtout quand on aime ce qu’on fait.

    J’ai un peu le même parcours, j’avais besoin de ce lâcher prise, que je ne trouvais pas dans ma vie professionnelle, et moi, ça a été le chant et l’écriture.

    C’est bien d’extérioriser tout ça sur un blog. En tous cas, je vous encourage à continuer, car c’est toujours intéressant de partager nos expériences d’entrepreneuse 🙂 Beaucoup plus de femmes aiment se lancer aujourd’hui.

    1. Elise

      Hello Magali, ah je suis ravie de te lire.
      J’avais un peu peur de passer pour une rabat joie parce que j’ai cette chance d’être à mon compte mais que je m’en plains un peu aussi.
      Tu fais quoi exactement ? Le lâcher pris est hyper important à mon sens un peu difficile à gérer, on ne se sent pas toujours soutenu.
      Effectivement on ne voit pas tout ce qui se cache derrière une entreprise et parfois c’est pesant.
      Merci pour ton retour et si tu cherches un peu de soutien on a un groupe facebook qui s’appelle la blogo qui déchire je t’invite à nous rejoindre 🙂

  2. Mo

    Coucou, ton article me parle beaucoup, le phase l’entreprenariat, je suis moi-même entrepreneure, et aussi le dernier paragraphe 🙂

    Ayant fréquentée un certains nombres d’entrepreneurs depuis bientôt 2 ans maintenant que je me suis lancée, je peux te dire que c’est souvent une erreur de parler de cette démarche à ses proches. La meilleure des choses c’est de trouver ses partenaires porteurs de projets pour faire un bout de route ensemble !

    En ce qui concerne les choix et l’acceptation, c’est une phase que je traverse aussi mais la tête bien plus haute qu’avant. Moi aussi je respecte le choix des autres qui ne veulent plus faire parti de ma vie. L’important ce sont les certitudes qui nous font choisir et non les incertitudes… Personnellement je m’y confronte de plus en plus et surtout j’accepte et affirme mes positions. Parce que chacun sa vie, chacun son chemin, voilà 🙂

    1. Elise

      Hello, je suis ravie d’avoir exprimer un ressenti assez bien connu des entrepreneurs.
      La vie d’entrepreneuse n’est pas facile à gérer, le nouveau rythme du quotidien qui impacte aussi la vie personnelle. Tu fais quoi exactement ?
      Tu as bien raison chacun sa vie et chacun son chemin, je ne retiens plus personne. Je pense qu’on est tous assez grands pour savoir ce qu’on est capable d’accepter ou pas.

      1. Mo

        Coucou, je me suis lancée dans une activité de création de contenus, et d’accompagnement en marketing digital. Et toi pour le coup ? Qu’est-ce que tu fais de nouveau, de beau ?

        C’est un peu l’ascenseur émotionnel la vie d’entrepreneure ^^ De hauts, des bas, des coup de boost et des coups de mou. C’est pour ça qu’il est important de savoir s’entourer je pense. Si tu veux qu’on garde le contact pour en discuter de temps en temps, n’hésite pas 🙂

    1. Elise

      Un petit séjour chez Mickey ça fait toujours du bien!
      Moi je suis une grand adepte de l’automne et de l’hiver, j’aime cette saison plus froide avec le retour du plaid, des chocolats chauds et des films de noël.
      A choisir je vivrais toute l’année entre novembre et février.

  3. Manayin c’est une fille super, je la connais IRL et on fait souvent des projets DIY et blogging ensemble, c’est une fille adorable et vraiment très créative, qui m’inspire énormément dans ses idées.

    Pour ce qui est de ton entreprise, courage, c’est pas simple de se lancer mais tu as raison il faut savoir prendre du recul et ne pas vouloir tout tout de suite. Par contre on dit entrepreneuse ou entrepreneure ? J’ai un doute d’un coup.

    Les couchers de soleil sont tous différents, je ne suis pas d’accord ! Ahaha.

    En tout cas bon moi d’octobre à venir !
    Mon mois de septembre a été chargé en émotions, j’ai été très fatiguée et submergée mais il a marqué pas mal de nouveaux départs. 🙂

    1. Elise

      Oh c’est trop cool que tu l’ai rencontré, j’adore ce qu’elle fait c’est toujours simple et de bon goût selon moi.
      Moi je dis entrepreneuse lol j’aime pas trop entrepreneure mais bon peut-être qu’il faudrait que je rectifie.
      Tu as de nouveaux projets en vue ? Un retour au Japon ?

    1. Elise

      Coucou Sabrina,

      Ca me fait plaisir de te voir passer par là, oui le changement c’est toujours bon mais il faut un petit temps d’adaptation.
      Je vais trouver comment tout gérer et me créer une petite routine qui me convient!
      Ah mes aventures de chef d’entreprise je pense qu’il y en aura encore pas mal et c’est ça qui est chouette c’est que je ne m’ennuie jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.