Les rondes, les autres et moi

Aujourd’hui je vous parle d’un sujet qui me touche de très près. Oui un vrai sujet de fille, mais un sujet trop rarement abordé, encore un tabou de notre société.
Comme on ne peut plus rien dire dans le monde dans lequel on vit, il faut faire attention à tous les mots qu’on emploie et comment on les emploi.

Pour ma part j’ai toujours été ronde, même petite je faisais plus envie que pitié, mais j’ai aussi fait pas mal de sport donc ça compensait l’histoire. Et puis ça ne m’a jamais dérangée je m’épanouissais, j’avais des amis, jusqu’au lycée parce que là le regard des gens et surtout des autres filles a changé. Je vous le dis de suite je ne porte pas une revendication ou quoique se soit, je souhaite juste que les gens s’acceptent comme ils sont et s’ils veulent changer pour EUX qu’ils le fassent.

Avant ce regard ne me posait pas réellement de problème je devais juste m’habiller différemment, car j’avais des rondeurs et qu’on ne trouvait pas toujours de choses à ma taille dans tous les magasins.
Au lycée les regards ont changé et j’ai compris que je ne rentrais dans aucunes cases (on sait que les gens aiment nous mettre dans des cases bien définies ça les rassure), je n’étais ni mince ni ronde comme coincée entre deux mondes.

Je vous entends déjà dire oh mais de quoi se plaint elle si elle est dans la « norme » eh bien non je n’y étais pas je vous l’ai dit j’étais ronde. Et puis la norme c’est quoi ? Y a une règle écrite quelque part avec la taille et le poids que tu dois faire ? A part pour des raisons de santé y a pas « norme » à proprement parlé, enfin pas pour moi.

De la pression sociale.

Je vous disais donc j’étais trop grosse (oui on peut dire ce mot c’est pas une insulte mais un fait) pour les minces et trop mince pour les rondes….tout un programme.

Je ne pouvais pas mettre les mêmes vêtements que je trouvais jolis sur mes copines minces car soyons honnêtes la majorité des magasins ne dépassent pas la taille 42-44 et moi ben je fais un 46 et à 17 ans c’est un peu compliqué.
La mode des dos nus avec mes petits bras potelés et ma poitrine c’était compliqué, les pantalons hypers moulants très peu pour moi je pouvais pas respirer dedans. Le maillot de bain ça c’était le pire et trouver un maillot qui m’aille le parcours du combattant, bien sûr pendant plusieurs années j’ai porté des shorts pour caché tout ça mais bon c’était pire, ça attiré encore plus l’attention sur ce que je voulais cacher.
A l’adolescence c’est plus compliqué on veut plaire, on veut faire comme les copines mais on ne leur ressemble pas. J’ai toujours été la « ronde » de mon groupe d’amis c’est ce qui me définissait, vous savez la copine ronde/rigolote (ça, ça n’a pas changé je suis toujours ronde et rigolote).
Et puis mes copines pour certaines avaient déjà des comportements alimentaires assez douteux, elles ne mangeaient pas ou peu le midi (une salade+une pomme les voilà rassasiées) pour ma part sauter un repas n’est pas envisageable, mon corps ne le supporte pas.

Le plus dur à supporter c’est la pression sociale (si elle ne s’exerçait que dans ce domaine…); combien de fois j’ai entendu « tu devrais faire attention, ne te ressers pas, tu manges encore ? (et j’en passe) » le pire c’est quand ça vient de la famille et quand tu vois les petits regards en coin (accusateurs).
Mais bien sûr en finissant par te dire que c’est pour ton bien qu’on t’envoie ce genre de phrases en pleine face…je vous assure qu’à l’adolescence on l’entend pas du tout comme ça.

Combien de fois j’ai pas dit mon vrai poids à mes copines, ni la vraie taille de mes vêtements parce que j’avais peur de leur jugement.
Combien de fois je suis sortie en pleurs d’une cabine d’essayage parce que rien ne m’allait et que ça me faisait culpabiliser d’être ronde.

Oui pendant un temps la nourriture a été un refuge, parce qu’elle ne me jugeait pas et qu’elle me remplissait au sens physique du terme et ça me faisait du bien.
On me parlait de régime (dukan, weight watchers….) mais je n’ai jamais voulu faire de régime car pour moi cela signifie privation et ça va à l’encontre de ma façon de vivre.
On dit toujours qu’un régime doit se faire pour soi-même sinon ça ne fonctionne pas je vous le confirme j’ai voulu en faire pour faire plaisir aux autres, à ma mère et ça n’a jamais marché.
Je ne vous parle même pas de tout les articles de magazines, blogs et reportages sur les régimes de l’été qui vous incite à faire n’importe quoi et à vous taper la tête contre les murs pour perdre 3 kilos (et en reprendre 10 l’été fini). Ça aussi mes copines m’incitaient à le faire parce que sur elles ça marchait bien… c’est sûr que manger un pamplemousse par jour ça marche sur tout le monde.

Et puis j’ai lâché prise, je suis partie à la fac et j’ai commencé à assumer qui j’étais même si à 20 ans c’est compliqué, ça a pris du temps mais j’y suis arrivée. J’ai rencontré beaucoup de gens très différents et je me suis fondue dans la masse, je venais d’un coin où tout le monde se connaissait et un peu de nouveauté m’a fait beaucoup de bien.
J’ai plu à des garçons (truc de fou pour une fille qui n’est pas dans la norme…) et j’ai eu des compliments malgré mes kilos en trop, au début c’est dur à accepter de croire que les gens le pensent vraiment qu’ils ne vous complimentent pas juste par gentillesse.

De la solidarité féminine.

On nous rabâche qu’il faut être solidaire entre femmes, entre rondes car on subit encore plus le jugement de la société sur notre corps mais croyez-moi c’est plus facile à dire qu’à faire.
Niveau solidarité on repassera je me suis déjà fait remettre à ma place par des filles minces, des rondes, des sportives…. parce que oui quand t’es ronde t’as pas le droit de faire du sport (parce que sinon c’est pour mincir, parce que t’assumes pas d’être ronde), de parler de nutrition ou de sport (vu ton corps tu peux pas te permettre soyons réalistes).
Sur des forums dédiés aux rondes, sur instagram les rondes me trouvent trop « mince » (merci les filles ça me fait plaisir ça m’arrive pas souvent d’être « trop mince ») oui je ne fais pas une taille 50 ou plus mais j’ai parfois du mal à me fringuer et à me trouver jolie. Moi qui cherchait des gens pour discuter, s’entraider et s’encourager ben je suis tombée à côté, il y a malheureusement plus de critiques que de compliments.
Les gens préfèrent te voir échouer que réussir c’est bien connu.

Malgré ça j’ai trouvé des filles très inspirantes, qui te montrent la vraie vie des filles rondes mais sans jugement et qui t’aident à t’assumer et à penser de façon positive.

De l’acceptation de soi.

Si vous vous attendiez à une formule magique, y en a pas…désolée s’accepter est l’affaire de chacun.
Alors c’est vrai je n’ai pas 45 kilos à perdre mais est-ce que cela fait de moi une fille sans problèmes d’acceptation de soi ?
La pression est très dure pour les femmes, on se plaint d’être jugée sans cesse mais on est déjà bien assez dure envers notre propre reflet, pas la peine de s’attarder sur ce que les gens disent sur vous ça ne fait pas avancer les choses.

Etre ronde ne m’empêche pas de m’intéresser à ce que je mets dans mon assiette et donc dans mon corps (si précieux), ça ne veut pas dire que je mange toute la journée, affalée sur mon canapé.
Faire du sport ou une activité à toujours fait partie de mon « hygiène de vie » et ça me fait du bien au moral, ça défoule et ça détend.
Bon c’est pas demain que je serai une fitgirl avec des supers abdos mais ça n’est pas mon but, même si j’essaye de faire diminuer le petit gras des bras (pour le moment il est bien incrusté…et pas décidé à disparaître).

Ça m’a pris du temps pour être en accord avec ce corps qui parfois m’a fait énormément souffrir, parfois encore on est pas supers copains je le regarde et je me dis merde c’est quoi ce bidon là ? Ben c’est le mien (ça serait pas la faute aux 3 apéros de la semaine et 1 macdo avec les copains ?) ben tant pis j’ai passé de bons moments le petit bidon hop je le fourre dans un pantalon et on le voit plus (non on le voit toujours mais il ne va pas me gâcher la journée).
Aujourd’hui je sais qui je suis et je me suis acceptée telle que je suis, mon corps n’est pas un handicap il fait partie de moi et honnêtement je peux me regarder dans le miroir, me mettre en bikini sans me dire qu’on va me jeter des cailloux.

Alors je me situe où ? Ben nulle part ma pauvre dame je suis trop ronde pour les minces et trop minces pour les rondes. Dans aucune case et ça me convient bien, je suis moi, Elise et ça n’a pas de prix.

 

Je suis aussi danseuse, je vous l’avais pas dit ?

 

Je vous dis à la prochaine et Salut!

 

Quelques liens : 
 //jesuisunerebelle.com/
 Article sur deux mannequins aux tailles opposées
 Article sur le body shaming
 //www.leblogdebigbeauty.com/
 Blog d'une marseillaise fashion et ronde

A voir également

5 commentaires

  1. J’ai beaucoup apprécié ton article, criant de vérité. La pression sociale est partout, pour les femmes mais aussi pour les hommes.
    Je pense notamment à mon conjoint, cette grande tige qui se trouve trop maigre. Et oui, peut-on être un homme quand on a des bras fins et qu’on a pas d’abdos dessinés ? C’est quoi être viril ? Il a tenté les salles de muscu, rien n’y fait. C’est sa morphologie. Alors il est dans un processus d’acceptation ! C’est pas facile et c’est long mais il a pris la bonne voie pour s’épanouir 🙂

    1. Bonjour,
      Oui la pression est aussi répercutée chez les hommes (trop sensibles, pas assez musclés, hommes au foyer…) c’est la société qui veut ça paraît-il mais elle a bon dos la société.
      J’espère que votre conjoint trouvera le chemin de l’acceptation même s’il est long et difficile à parcourir.
      Au plaisir de vous revoir pas ici 🙂

  2. Je viens de lire ton post, et je me reconnais assez dans ton histoire, à l’époque où j’étais au lycée j’étais dans la même situation que toi… En tout cas bravo et merci… je n’aurais pas pu mieux l’écrire… 💕

    1. Bonjour,
      J’avais envie de parler de ça parce que même si le chemin est long aujourd’hui je suis bien dans mes baskets :), je suis ravie de voir que je suis pas la seule à avoir eu une période pas évidente au lycée mais qu’on peut dépasser tout ça.
      A bientôt par ici j’espère et bonne semaine à toi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *