Chronique : La revanche de Blanche

Résumé : Blanche de La Motte n’a pas connu son père et peu sa mère, Emilie Le Guilvinec, partie le rejoindre en Nouvelle-France. Avant de mourir, celle-ci révèle à sa fille comment elle a été déshéritée, bannie des salons. Blanche ne l’oubliera jamais. Elevée à Paris chez sa marraine, Ninon de Lenclos, elle assiste à la première des Précieuses ridicules. Une révélation: Blanche sera comédienne dans la troupe de Molière. Volontaire et fragile, elle aimera trois hommes, dont, en secret, le jeune Louis XIV. Son amitié avec la Montespan, entre fascination et rivalité, l’entraînera au coeur des intrigues de la Cour et de la plus criminelle d’entre elles, l’affaire des poisons et des messes noires. Menacée, Blanche sort ses griffes. Qui cherche à lui nuire? Les vieilles Précieuses? Une des maîtresses du roi? Ses demi-frères qui veulent la cloîtrer? Réussira-t-elle enfin à venger sa mère? Des coulisses de Versailles aux loges des théâtres, ce roman sensuel et captivant mêle avec panache le jeu des ambitions déçues, les passions et les man?uvres de ces grandes dames obsédées par les pouvoirs occultes.
Pages : 442
Auteur : Emmanuelle de Boysson
Edition : J’ai Lu

A 100 pages je n’étais toujours pas très emballée, Blanche est un peu nunuche (ok pour l’époque je conçois qu’elle ne connaissait rien à la société qui l’entourait mais bon). Je n’ai pas réellement réussi à m’attacher à elle, elle tourne en rond avec son Charles et le théâtre. Je lui ai laissé le bénéfice du doute jusqu’à la fin en me disant que peut-être elle serait plus dégourdie, alors là je me suis mis le doigt dans l’œil. Elle ne réussit à rien toute seule, tout au long de l’histoire il y a toujours quelqu’un pour l’aider ou se sortir des situations rocambolesques dans lesquelles elle se fourre.

Il y a beaucoup de narration qui traîne en longueur, des passages qui sont utiles à l’histoire. Par rapport au titre la revanche n’est pour moi pas du tout aboutie, c’est peut-être le but mais Blanche ne se venge pas finalement des Précieuses qui ont ridiculisé sa mère.

Le contexte historique est bien retranscrit et l’affaire des poisons ayant fait grand bruit je la trouve un peu minimisée dans ce roman. On voit bien les jeux de pouvoir qui se jouaient à la cour de Louis XIV mais il y a mieux niveau historique.

Pour conclure arrivée à la fin de ce roman je ne suis pas sûre de finir la saga (oui il reste encore un tome à lire…) franchement je ne suis pas emballée. C’est rare, mais ce roman fait partie des déceptions de cette année.

 

Je vous dis à la prochaine et Salut!

A voir également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *